Un restaurant McDonald's . © saknakorn / Shutterstock.com

McDonald’s accusé de pousser ses franchisés à gonfler les prix

La chaine de restauration rapide est accusée de manipuler les prix par l'association de défense des consommateurs Indécosa-CGT.

Le géant américain du burger McDonald’s va devoir faire face à l’autorité de la concurrence. Cette dernière a été saisie par plusieurs associations de protection des consommateurs, en Allemagne, en Italie et en France. Dans l’hexagone l’association de défense des consommateurs Indécosa-CGT remet en cause des “pratiques anticoncurrentielles” qui poussent les enseignes franchisées à vendre certains produits plus cher que les restaurants détenus en propre par McDonald’s.

Les franchisés poussés à augmenter les prix

La chaine de restauration rapide abuserait “de sa position dominante” pour pousser les franchisés à  “afficher des prix supérieurs à ceux des restaurants exploités directement par l’enseigne” selon Indécosa-CGT. Une politique de management qui aurait entrainé pour les consommateurs un “surcoût estimé à 232 millions d’euros en 2015”. De quoi faire froid dans le dos quand on sait que le modèle économique de McDonald’s se base en grande partie sur la franchise avec 80% des restaurants gérés par des personnes extérieures, qui paient un droit de franchise en l’échange de l’exploitation de la marque. En France il s’agit de 900 établissements sur les 1.400 du groupe.

Par les frais et redevances élevés, la chaine aurait contraint les franchisés à augmenter leurs tarifs entre 10 et 27% selon les produits par rapport aux restaurants exploités en propre, comme le rapportait déjà une étude de UFC Que Choisir l’année dernière.

L’Autorité de la concurrence saisie

D’après Reuters qui a pu consulter le document déposé auprès de l’Autorité de la concurrence, la plainte fait aussi état d’autres pratiques anticoncurrentielles, comme lier un accord de franchise à un accord de location, imposer des restrictions sur les fournisseurs et fixer des loyers excessifs pour les murs.

Du coté de McDonald’s, le porte-parole Terri Hickey défend ces accusations : “Nos franchisés fixent leurs propres prix pour les menus. Notre modèle économique aide nos franchisés à obtenir des emplacements immobiliers de premier plan et reflète un niveau significatif d’investissements du groupe dans les restaurants, ainsi qu’à travers la formation et un réseau bien établi de fournisseurs de qualité”. La marque soutient également une parfaite égalité de traitement entre les deux types de restaurants et que les redevances sont calculées de la même manière.