La répression des fraudes accuse lntermarché dans “L’affaire Nutella”

Fin janvier, une très importante promotion avait créé des bousculades dans plusieurs magasins lntermarché. La répression des fraudes vient de transmettre le dossier à la justice.

Selon RTL, la DGCCRF estime que l’enseigne lntermarché n’a pas respecté la loi concernant la vente à perte et a ainsi transmis le dossier à la justice.

Nos agents ont conclu au fait qu’Intermarché n’a pas respecté les dispositions en vigueur

L’AFP a confirmé les révélations de la radio RTL : “Nos agents ont conclu au fait qu’Intermarché n’a pas respecté les dispositions en vigueur concernant la revente à perte, ce qui relève d’une infraction pénale“, indique une porte-parole de la répression des fraudes.
Si Intermarché est reconnu coupable, l’enseigne sera passible d’une amende de 375.000 euros au maximum.

Des bagarres avaient fait le bad buzz après des rabais de 70 % sur des pots de Nutella (la pâte à tartiner était à 1,41 euro au lieu de 4,50 euros pour un pot de 950 g), des couches Pampers mais également des bouteilles de Perrier.
Interrogée par franceinfo, une salariée d’ lntermarché expliquait à l’époque : “Dès 8h15, il y avait déjà une file d’attente de 200 personnes devant le magasin“. S’ensuivra des bousculades et même des bagarres…