Segolène Royal sur France Inter le 22 décembre 2016 . © Capture d'écran France Inter

Ségolène Royal favorable à une interdiction complète des diesel

La ministre déclarait sur France Inter vouloir passer à l'après diesel et se dit favorable à une interdiction complète des véhicules diesel à long terme.

Invitée ce jeudi 22 au micro de Marc Fauvelle sur France Inter, la ministre de l’Ecologie et de l’Environnement s’est exprimée en faveur d’une interdiction complète des véhicules diesel à long terme, en confirmant la hausse de la fiscalité sur le diesel et l’allègement de celle sur l’essence. Ségolène Royal encourage à se tourner vers des solutions plus écologiques sur la base du volontariat.

Pour l’interdiction des véhicules diesel à terme

Alors qu’elle vient tout juste d’inaugurer la première route solaire de France, Ségolène Royale se positionne à nouveau en faveur d’une interdiction complète des véhicules diesel, à l’image du souhait de la Maire de Paris, Anne Hidalgo, d’interdire tout bonnement la circulation au diesel dans la capitale à compter de 2025. Une plan que la ministre de l’Environnement juge être “une bonne idée parce qu’il faut anticiper”.

Elle poursuit en se disant positive à l’interdiction de la vente de véhicules diesel : “Il faut préparer l’après-diesel malgré les résistances”. Consciente cependant des enjeux que cela entraînerait, elle modère ses propos : “Mais ça ne va pas se faire du jour au lendemain, il faut être aussi responsable par rapport aux emplois industriels”.

Changement de fiscalité et aides financières

Elle rappelle également les changements fiscaux au niveau du carburant, alors que le diesel va augmenter de 4 centimes et l’essence baisser légèrement pour se rapprocher : “Je vais dire aux Français de ne pas acheter de diesel parce que progressivement l’avantage fiscal accordé au diesel va être supprimé”. La ministre se justifie par rapport au paradoxe actuel : “On ne peut pas à la fois dire que le diesel et les particules provoquent de très très graves problèmes de santé publique et en même temps continuer à donner un avantage au diesel, c’est fini cela, il faut passer à l’après-diesel”.

Mais Ségolène Royale invite les gens à changer sur la base du volontariat plutôt que d’attendre des interdictions ou sanctions. “Mais à la limite, il faudrait que ce soit volontaire, que les citoyens se disent ‘ça existe, on n’a pas besoin d’attendre que ce soit obligatoire'” déclare-t-elle en rappelant l’avenir des véhicules électriques et les aides financières en place pour passer du diesel à l’électrique. Quant aux professionnels du secteur : “il faut que l’industrie du diesel comprenne que c’est dans son intérêt d’accélérer la transition, et en particulier vers la voiture électrique”.