Photo d'illustration . © Patryk Kosmider/Shutterstock.com

France : l’Insee revoit le déficit public à la baisse

L'Insee a indiqué mardi sur son site internet que le déficit public a été révisé à la baisse pour atteindre 3,5% du PIB.

L’Insee a revu le déficit public français à la baisse et il est désormais de 3,5% du Produit Intérieur Brut pour l’année 2015. Une nouvelle qui réjouira certainement nos politiques, que ce soit le Président François Hollande avec la fin de son quinquennat qui approche ou bien le nouveau Ministre de l’Economie et des Finances Michel Sapin qui vient tout juste de remplacer Emmanuel Macron.

Révision à la baisse d’un milliard d’euros

Une baisse de 0,1% pour le déficit public de la France en 2015 par rapport aux estimations de 3,6% retenues en début d’année, selon une publication ce mardi 6 septembre sur le site internet de l’Institut national de la statistique et des études économiques.

Une mise à jour qui réduit le déficit de près d’un milliard d’euros par rapport aux chiffres avancés en mai 2016. Une révision qui s’explique par la prise en compte des dernières données sur la sécurité sociale. Il s’agit d’une pratique assez courante étant donné que l’Insee intègre les données des comptes publics au fur et à mesure qu’elles se précisent.

Bonne nouvelle pour le gouvernement

En cause, une croissance du PIB de 1,2% qui s’est avérée dépasser les prévisions de 1% et a permis à l’Etat d’engranger plus de recettes fiscales. Le déficit était de 4% en 2014 et Bercy avait tablé avec la loi de finances sur une baisse à 3,8% du déficit public total de l’Etat, de la Sécurité sociale et des collectivités locales pour 2015.

De quoi faciliter le travail de Michel Sapin alors que l’année 2016 devrait amener le déficit à 3,3%, si tant est que le PIB progresse bien d’1,5% comme l’espère le gouvernement. D’autant plus que pour 2017 le programme pluriannuel de finances publiques prévoit de faire passer le déficit à 2,7% et que le ministre avait annoncé la semaine dernière une éventuelle baisse des impôts en concordance avec le déficit public.