Un véhicule. . © Crédits photos capture vidéo Dailymotion

Voitures autonomes : Le gouvernement veut les faire circuler partout en France dès 2020

Il y aura donc bien des voitures autonomes sur nos routes en 2020 puisque la France va autoriser les essais sur les routes publiques comme l'a annoncé le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

Un cadre législatif est en cours afin d’autoriser les essais de véhicules autonomes sur nos routes dès 2020. Dans son calendrier, Anne-Marie Idrac donne quelques détails et explique que “La France prépare le terrain pour la voiture autonome avec un cadre solide et évolutif”.
Pour l’ex-secrétaire d’État aux Transports, les véhicules de catégorie 3* (le conducteur abandonne la conduite dans des situations prédéfinies mais doit être capable de reprendre la main) seront autorisées à circuler en 2020 et ceux de catégorie 4 (conduite autonome complète sur certaines portions de route) en 2022.

La voiture autonome prendra les décisions à la place du conducteur

Interviewé sur FranceInfo, le directeur de l’observatoire Cetelem de l’automobile  Flavien Neuvy ajoute : “La voiture autonome prendra les décisions à la place du conducteur et on essaye de faire en sorte, technologiquement, que cette voiture se rapproche le plus possible du comportement humain, sachant que quand on est confronté à l’inattendu, les réflexes sont, par définition, eux aussi inattendus. La voiture autonome devra, elle, essayer de prendre en un millième de seconde la meilleure décision – ou la moins mauvaise. Et il reste encore beaucoup de questions à poser. Si la voiture autonome est confrontée à deux cas de figure dramatiques, quel sera son choix ? Et derrière ça, il y aura aussi des questions d’assurance, quelles seront les responsabilités des uns et des autres ?“.

Enfin, pour Anne-Marie Idrac, la vision française pour le développement des véhicules autonomes est de “faciliter l’innovation sans jamais sacrifier la sécurité”.

De son côté, Damien Adam, Député de Seine-Maritime En Marche ajoute :
D’un point de vue législatif, j’accompagnerai cette stratégie lors de sa déclinaison à l’Assemblée nationale à l’occasion de l’examen des projets de loi PACTE et d’Orientation des mobilités. Les nombreuses rencontres que j’ai eues sur ce sujet m’ont prouvé que notre cadre réglementaire n’était plus adapté pour permettre à la France de s’afficher en pointe dans ce domaine. La validation des dossiers d’expérimentation est notamment trop complexe, il faut qu’elle soit facilitée pour que fleurisse ce type d’initiative partout sur le territoire national. Je salue la volonté du Gouvernement de revisiter l’ensemble des cadres juridiques pour s’adapter aux progrès des délégations de conduite tout comme son ambition de pousser au niveau européen pour aboutir à l’élaboration de règles techniques communes“.

*Le niveau 3 permettra au conducteur de lâcher le volant dans certaines conditions de circulation, autoroutes ou bouchons. A condition qu’il puisse le reprendre à tout moment.