Facebook : Mark Zuckerberg pense à l’ère post-applications avec les chatbots

Sur Facebook Messenger, une petite révolution est en marche puisque les utilisateurs peuvent avoir recours aux chatbots. Ce sont des robots susceptibles de vous accompagner lors d’une conversation. En France, peu de médias ont franchi le cap.

Ces robots se différencient de celui proposé par Microsoft

Mark Zuckerberg ne souhaite pas rester sur ses acquis, il anticipe ainsi le futur avec ses chatbots. Le fondateur de Facebook Messenger estime que les applications ne seront pas éternelles, leur disparition serait même très fortement envisagée. Par conséquent, les internautes qui sont habitués à obtenir une aide virtuelle pourront se réfugier sur Messenger avec les chatbots. Ces robots se différencient de celui proposé par Microsoft. La nouvelle version du système d’exploitation a été livrée avec Cortana qu’il est possible de désactiver, car elle est un peu envahissante. Cette assistante personnelle apprend à connaitre les utilisateurs pour tenter d’anticiper toutes leurs volontés. C’est d’ailleurs un point noir pour tous les défenseurs de la vie privée.

Du côté des chatbots, l’utilisation est pratiquement similaire, mais, à terme, les conversations seront plus intéressantes. Il sera possible de commander un repas, des fleurs  ou encore réserver une table dans un restaurant. Les robots de Facebook Messenger se dévoilent comme des interlocuteurs virtuels qui pourront participer à des conversations tout en répondant à tous les besoins.

Facebook messenger va miser sur une armée de bots

Le fondateur de ce réseau social a fait une annonce assez sympathique lors de la conférence dédiée aux développeurs. Le monde entier a eu l’occasion de rencontrer les bots ou encore les chatbots. Mark Zuckerberg possède un objectif, celui de connecter le monde. Ces petits robots ont la capacité de faire connaissance avec les 900 millions d’utilisateurs. Le concept est assez simple puisqu’ils permettent de simuler des discussions. Ces dernières peuvent ainsi avoir lieu entre les consommateurs et les clients.

Les humains n’interviennent à aucun moment lors des conversations

L’invasion a déjà commencé, mais, pour la France, les débuts sont quelque peu timides. Cette forme d’intelligence artificielle peut lors de la première utilisation être assez déroutante. Les internautes auront l’impression de discuter avec des entreprises, mais la réalité est différente. En effet, les humains n’interviennent à aucun moment lors des conversations. Désormais, les internautes sont habitués à cette réalité virtuelle, car elle ne cesse de prendre de l’ampleur depuis quelques années avec, notamment, l’arrivée du casque VR.

Les utilisateurs de Facebook Messenger penseront qu’ils communiquent, mais personne ne se trouve de l’autre côté de l’écran. Mark Zuckerberg précise qu’il n’a jamais eu l’occasion de rencontrer « quelqu’un qui aime téléphoner à une entreprise ».

Pour Facebook ces chatbots apportent de la simplicité

Pour le fondateur de Facebook, ces chatbots apportent de la simplicité. Les sites intéressés par ces robots ont l’opportunité de naviguer dans la boutique prévue à cet effet. Elle met en avant plusieurs bots que les développeurs sont invités à utiliser pour renforcer la confiance avec les clients. Ces chatbots pourraient tout de même avoir une conséquence néfaste notamment s’ils prennent de l’importance par rapport aux applications. Le futur de ces dernières ne serait pas aussi rose que prévu, car nombreux sont les experts qui penchent pour une potentielle disparition. Mark Zuckerberg pense déjà à l’avenir avec un nouveau concept.

Messenger a donc le potentiel pour devenir une nouvelle plateforme majeure. C’est pour cette raison que Microsoft et Facebook poussent alors que Google et Apple, qui dominent avec Android et iOS, se montrent plus prudents. « Ces interactions avec une mini-app à l’intérieur d’une app vont se multiplier pour fluidifier l’expérience mobile », prédit l’analyste de Gartner, Brian Blau. Reste à voir si les utilisateurs accepteront de parler à la fois à leurs amis et à une entreprise, à des humains et à des robots, au même endroit.

L’avenir de Facebook n’a jamais semblé aussi prometteur

Ce n’est pas tout. De nouvelles publicités vont apparaître sur le mur Facebook des utilisateurs, avec un bouton appelant à démarrer une conversation avec un robot. Demain, les marques pourront envoyer leurs clients directement sur Messenger, au lieu d’utiliser un call-center coûteux pour l’entreprise et parfois exaspérant pour les consommateurs.

Avec Whatsapp, Messenger est l’une des dernières applications de Facebook à ne pas avoir été monétisée. Son potentiel commercial est gigantesque alors que plus de 1,6 milliard de personnes se connectent chaque mois au réseau social et 900 millions utilisent en plus sa messagerie, accessible indépendamment.

L’avenir de Facebook n’a jamais semblé aussi prometteur. Certes, le réseau social n’est pas le seul à vouloir utiliser des robots pour réaliser des transactions commerciales mais son immense base d’utilisateurs lui donne un avantage indéniable.

En plus, le groupe continue d’investir dans tous les sens. Mark Zuckerberg a annoncé la sortie d’une caméra pour prendre des photos et filmer à 360 degrés et continue de travailler sur les drones et la réalité virtuelle. Alors si vous pensiez déjà avoir livré toutes vos données personnelles à Facebook, vous vous trompez !