Bientôt le Rafale en Malaisie ? Les discussions sont en cours !

La Malaisie cherche à renouveler sa flotte d'avions de chasse et pourrait bien se doter prochainement du Rafale. Rien n'est signé mais les discussions sont en cours.

Le Rafale reprendrait-il du poil de la bête à l’exportation ? C’est possible lorsque l’on apprend que la Malaisie considère l’achat de 18 avions de chasse français pour renouveler sa flotte vieillissante de MiG-29 russes. Les autorités malaisiennes ont confirmé que des discussions étaient en cours après une visite de François Hollande.

Achat du Rafale en discussion

La Malaisie pourrait bien rejoindre le Qatar, l’Inde ou encore l’Egypte parmi les clients du chasseur Rafale de Dassault Aviation. Ce mardi 28 mars, Najib Razak, le Premier ministre malaisien a déclaré : “Le nouveau Rafale sera peut-être acquis” après un entretien avec le président français à Putrajaya, la capitale administrative malaisienne.

Sans trop de précisions supplémentaires le gouvernement malaisien a signifié son intérêt pour l’avion de chasse français lors d’une déclaration au coté de François Hollande, en tournée en Asie du Sud-Est jusqu’à mercredi. Si la Malaisie se montre intéressée, elle n’est pour autant pas encore décidée. Les discussions se poursuivent alors que Najib Razak annonçait : “Pour le moment, nous ne sommes pas prêts à prendre une décision” tout en soulignant “les succès de cet avion dans d’autres pays”.

18 appareils pour 2 milliards d’euros

François Hollande a déclaré faire “confiance” à la Malaisie et vouloir l’“accompagner” dans ce choix. Il a également précisé qu’il fallait “encore discuter des modalités, du prix et aussi de ce que cet avion peut représenter dans l’arsenal de défense malaisien”. De son coté Eric Trappier, le PDG de Dassault Aviation, a confirmé que “les discussions portent sur l’achat de 18 appareils pour un montant autour de deux milliards d’euros”.

Ce ne serait pas la première fois que la Malaisie fait affaire avec la France, puisqu’elle lui a déjà acheté des sous-marins ainsi que l’avion de transport militaire d’Airbus, l’A400M. Les relations commerciales entre les deux pays portent principalement sur la défense et les équipements militaires. Dorénavant il reste à convaincre de l’efficacité du Rafale face à ses concurrents, le F-18 américain, le suédois Gripen et le Typhoon d’Eurofighter.