Image d'illustration . © Facebook Renault

Renault en forte progression pour 2016

Le groupe automobile affiche de très bon résultats avec un bénéfice 2016 en hausse de près de 20%. Une bonne nouvelle suivie par une belle hausse en bourse.

Carton plein pour le groupe Renault, ou presque ! Le constructeur affiche de très bon résultats pour l’année 2016 avec une progression des ventes, de la marge et du bénéfice qui dépasse les attentes de son plan “Drive The Change” présenté en 2011. Selon les mots du PDG Carlos Ghosn lors de la présentation des résultats ce vendredi matin, 2016 aura été “Une très bonne année pour Renault”.

2016, un bon cru pour Renault

L’année dernière, Renault aura largement dépassés ses objectifs et notamment celui d’un chiffre d’affaires de 50 milliards d’euros. Le groupe pointe à 51,2 milliards  de ventes, soit une hausse de 13,1% par rapport à l’année précédente. Une progression importante réalisée grâce à la hausse des immatriculations de véhicules du groupe, qui atteignent grimpe de 13,3% par rapport à 2015. Avec 3,18 millions d’unités vendues, Renault dépasse là aussi son objectif de 3 millions et passe même devant PSA en terme de volume des ventes.

Une performance notamment due au rajeunissement de sa gamme en Europe et aux marchés internationaux comme l’Iran et l’Inde. Le constructeur automobile français se retrouve avec une marge opérationnelle de l’ordre de 6,4% du chiffres d’affaires, contre 5,2% un an plus tôt. Au niveau de la division automobile la marge opérationnelle est de 4,9% avec 2,38 milliards d’euros contre 3,6% en 2015. Au final, Renault affiche un bénéfice net en forte hausse, de 19,7% à 3,54 milliards d’euros.

Des ambitions mais des points à éclaircir

Le vent en poupe, Renault présentera un nouveau plan stratégique en octobre prochain. Le groupe envisage un chiffre d’affaires de 70 milliards d’euros d’ici 5 ans, avec une marge opérationnelle de 7% et une trésorerie positive tout les ans sur la division automobile.

Mais tout n’est pas rose pour Renault. Coté marge le constructeur affiche de belles performances mais n’est pas encore au niveau de son concurrent PSA qui était à 6,8% au premier semestre. La firme fait aussi face à quelques marchés difficiles alors que les ventes peinent à décoller en Chine tandis qu’en Russie et au Brésil, des marchés historiques pour le constructeur, les niveaux sont relativement faibles. A noter que le groupe n’a pas fait de provisions en vue d’un éventuel nouveau dieselgate alors qu’il est visé par une information judiciaire en France.

Tags: